DOSSIER DE PRESSE

Tout ce dont vous avez besoin pour couvrir les forêts, leurs bienfaits pour la santé, leur destruction ainsi que la restauration des écosystèmes

FRANçAIS      ENGLISH      Español

Nous contacter

    Une introduction à Cities4Forests

    Chaque ville, ainsi que notre futur commun, dépendent du bien-être des forêts partout sur terre. Il est temps que les zones urbaines et leurs habitants, rejoignent l’effort mondial de protection et réhabilitation des forêts, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des villes.

    Des forêts tropicales aux parcs en centre-ville, les forêts sont à l’origine d’innombrables bienfaits, notamment : la purification de l’air et de, la résistance aux changements climatiques, la conservation de la biodiversité et l’amélioration de la qualité de vie et santé des habitants. Les forêts sont également une source de revenus et d’emplois, des espaces de loisirs et un ensemble de solutions naturelles pour les constructions urbaines.

    Cities4Forests aide les villes aux quatre coins du monde à se connecter et à investir dans des zones boisées à l’intérieur des villes (plus d’arbres et de parcs en ville), les forêts proches des zones urbaines (voies vertes, bassins versants), ainsi que dans les forêts tropicales et autres grandes forêts.

    Cities4Forests encourage chaque ville, et ses habitants, à mieux conserver, gérer et réhabiliter ses forêts. Cities4Forests essaye également de connecter un maximum de villes en partageant son expertise sur comment adapter les politiques locales et comment communiquer auprès des habitants locaux pour les faire participer à ces actions de revalorisation. L’accent est mis sur quatre thématiques interdépendantes : la biodiversité, la santé, l’eau et le climat.

    Ils comprennent les sous-thèmes suivants : la résilience urbaine, les infrastructures “vertes”, et la restauration des écosystèmes.

    Deforestation And Its Significance

    Deforestation refers to the decrease in forest areas across the world that are cleared for other uses such as agricultural croplands and pasture, mining activities, and urbanization.

    Between 1900 and 2018, forest cover has reduced from 48% of habitable land (51 million km2) to 38% (40 million km2), while land for pasture and agriculture increased from 24% to 46% (for a total land area of agriculture and grazing going from 25 million km2 ha to 48 million km2). (Source: Forest area – Our World in Data which uses a database by the FAO)

    Deforestation has increased greatly since 1960 as a result of human activities with negative impacts on ecosystem functions, biodiversity, human health and the climate. The UN’s Food and Agriculture Organization (FAO) estimates the rate of deforestation to be around 1.3 million km2 per decade.

    Read more what the FAO has to say.  Click here for more information on Forest Ecosystem integrity at a global level, including a map of human modification of forests. And here, for more graphs and data.

    Journée internationale des forêts 2021

    Messages clés de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

    L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 21 mars Journée internationale des forêts (FIL) en 2012. Cette journée célèbre et sensibilise à l’importance de tous les types de forêts. À chaque Journée internationale des forêts, les pays sont encouragés à entreprendre des efforts locaux, nationaux et internationaux pour organiser des activités impliquant les forêts et les arbres, telles que des campagnes de plantation d’arbres.

    Le thème de chaque Journée internationale des forêts est choisi par le Partenariat de collaboration sur les forêts. Le thème de 2021 est «La restauration des forêts: Une voie vers la reprise et le bien-être». Ses messages clés et plus d’informations se trouvent sur

    Messages clés | Journée internationale des forêts | Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (fao.org)

    Terms To Know About Forests And Deforestation

    Most of the following definitions stem from the General Multilingual Environmental Thesaurus (GEMET) developed by the European Environmental Agency (EEA) and Eionet, an institutional environmental network of almost 40 European countries that are committed to the GEMET as a source of common and relevant terminology used under the ever-growing environmental agenda.

    1. Agroforestry

    Definition: The interplanting of farm crops and trees, especially leguminous species. In semiarid regions and on denuded hillsides, agroforestry helps control erosion and restores soil fertility, as well as supplying valuable food and commodities at the same time. (SOURCE: GEMET)

    2. Biodiversity

    Definition: Genetic diversity: the variation between individuals and between populations within a species; species diversity: the different types of plants, animals and other life forms within a region; community or ecosystem diversity: the variety of habitats found within an area (grassland, marsh, and woodland for instance. 2) An umbrella term to describe collectively the variety and variability of nature. It encompasses three basic levels of organization in living systems: the genetic, species, and ecosystem levels. Plant and animal species are the most commonly recognized units of biological diversity, thus public concern has been mainly devoted to conserving species diversity. (SOURCE: GEMET)

    3. Carbon Economy

    Definition: economy based on low carbon power sources that therefore has a minimal output of greenhouse gas emissions into the environment biosphere, but specifically refers to the greenhouse gas carbon dioxide. (SOURCE: GEMET)

    4. Deforestation

    Definition: The removal of forest and undergrowth to increase the surface of arable land or to use the timber for construction or industrial purposes. Forest and its undergrowth possess a very high water-retaining capacity, inhibiting runoff of rainwater. (SOURCE: GEMET).

    5. Imported/Embodied Deforestation

    Definition: ‘Imported’ or ‘embodied deforestation’ refers to the deforestation associated with the production of a good or commodity. This good or commodity may be consumed in the country of origin or traded elsewhere. It allows linking deforestation in producer countries/regions with the associated consumption of goods in consumer countries/regions. (SOURCE: European Commission)

    6. Ecosystem Restoration

    Definition: An ecosystem is a community of organisms and their physical environment interacting as an ecological unit. Although not (yet) in the GEMET, it is an important idea in restoration circles as it, generally, promotes higher biodiversity recovery than traditional hand-planting of tree saplings. (SOURCE: Khan Academy)

    7. Environmental Health

    Definition: The art and science of the protection of good health, the prevention of disease and injury through the control of positive environmental factors, and the reduction of potential physical, biological, chemical and radiological hazards. (SOURCE: GEMET)

    8. Forest

    Definition: A vegetation community dominated by trees and other woody shrubs, growing close enough together that the treetops touch or overlap, creating various degrees of shade on the forest floor. It may produce benefits such as timber, recreation, wildlife habitat, etc. (SOURCE: GEMET)

    Within Cities4Forests, we make a clear distinction between inner forests (greenery within a city), nearby forests (forests surrounding the city), and tropical, boreal, and other larger forests globally.

    9. Natural Area (terrestrial areas included, such as wetlands and deserts)

    Definition: An area in which natural processes predominate, fluctuations in numbers of organisms are allowed free play and human intervention is minimal. (SOURCE: GEMET)

    10. Nature-Based Solution (NBS)

    Definition: Cost-effective approach that uses nature to deliver a range of critical services (wetlands for flood mitigation, carbon sequestration, improved air quality) that provides environmental, social, and economic benefits, helping to build resilience by bringing more natural features and processes into the cities, landscapes, and seascapes through locally adapted, resource-efficient and systemic interventions. (SOURCE: GEMET)

    11. Reforestation

    Definition: The planting of trees in forest areas which have been cleared. Reforestation has become increasingly important for preventing or reversing environmental degradation and for helping to maximize economic returns on commercially forested lands. (SOURCE: GEMET)

    12. Urban Development (green-gray infrastructure)

    Definition: Any physical extension of, or changes to, the uses of land in metropolitan areas, often involving subdivision into zones; construction or modification of buildings, roads, utilities, and other facilities; removal of trees and other obstructions; and population growth and related economic, social and political changes. (SOURCE: GEMET) Green infrastructure refers to natural systems, including forests, floodplains, wetlands and soils, protecting and enhancing nature and natural processes consciously integrated into spatial planning and territorial development to provide additional benefits for human well-being, to maintain and enhance the delivery of benefits to human society in the form of food, materials, clean water, clean air, climate regulation, flood prevention, pollination, and recreation among others. Gray infrastructure in contrast refers to man-made structures. “Green-gray” infrastructure mixes the conservation and restoration of nature (including natural coastal buffers such as mangroves and seagrasses) with conventional approaches (such as concrete dams and seawalls). (SOURCE: European Environment Agency)

    13. Sustainable Development

    Definition: Development that provides economic, social and environmental benefits in the long-term having regard to the needs of living and future generations. Defined by the World Commission on Environment and Development in 1987 as: development that meets the needs of the present without compromising the ability of future generations to meet their own needs. (SOURCE: GEMET) Forestry and “sustainable development” have a strong connection as the term was originally introduced in the field of forestry, originating back to Hans Carl von Carlowitz, 18th century, Germany. It includes measures of afforestation and harvesting of interconnected forests which should not undermine the biological renewal of forests. (SOURCE: Die Zeit, 1999)

    14. Sustainable Sourcing

    Definition: Sustainable Sourcing is the integration of social, ethical and environmental performance factors into the process of selecting suppliers. The ultimate goal is to build strong, long-term relationships with suppliers. (SOURCE: ECOVADIS)

    10 Questions posées fréquemment (FAQ) sur les forêts et leur importance

    1. Quel est le lien entre les arbres, les forêts et le changement climatique ?

    Les scientifiques affirment que les écosystèmes de la Terre nécessitent 900 millions d’hectares supplémentaires (2,2 milliards d’acres) de forêts, soit 25 % de plus de superficie boisée que nous n’en avons actuellement. En plantant plus de 500 000 milliards d’arbres, expliquent les auteurs, nous pourrions capturer environ 205 gigatonnes de carbone (une gigatonne équivaut à 1 milliard de tonnes métriques), réduisant ainsi le carbone atmosphérique d’environ 25%. C’est suffisant pour contrebalancer environ 20 ans d’émissions de carbone produites par l’Homme, soit environ la moitié de la quantité de carbone émis depuis 1960.

    Les scientifiques de la NASA soulignent que la plantation d’arbres et l’entretien des forêts ne sont pas une solution au changement climatique actuel. Pour cela, une réduction des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire. Les Nations Unies soulignent l’importance des efforts nécessaires suivants : minimiser la dégradation des forêts, promouvoir la gestion durable des forêts, ou encore, augmenter la superficie des forêts. En bref, les forêts peuvent atténuer le changement climatique, mais pas le rétablir à son état pré-anthropogénique. Les forêts absorbent actuellement 30% de toutes les émissions de CO2, les océans 23% et les 47% restants stagnent dans l’atmosphère. Une étude de 2020 indique que la repousse naturelle des forêts pourrait absorber 23% d’émissions de CO2 supplémentaires, réduisant le pourcentage atmosphérique à 24%.

    2. Quelles sont les causes de la déforestation ?

    Selon la WWF, les principales causes de la déforestation sont :

    • Transformation des forêts pour l’utilisation des terrains, comme les plantations de pâte à papier, de palmiers et de soja, les pâturages, les routes et les infrastructures.

    Les chercheurs identifient généralement une cause supplémentaire, qui relève de la transformation des forêts :

    Élevage : selon plusieurs rapports sur le sujet, l’élevage d’animaux, y compris la production de soja pour les nourrir, est responsable d’environ 70% à 80% de la déforestation dans la région amazonienne. (Greenpeace)

    • Incendies de forêt : chaque année, des incendies brûlent des millions d’hectares de forêt dans le monde. Les incendies sont souvent d’origine naturelle, mais les forêts dégradées par les humains sont particulièrement vulnérables. Ces dernières comprennent les forêts tropicales fortement exploitées, les forêts sur des sols tourbés… Ces situations créent une accumulation artificielle de végétation qui rend le feu plus intense. La perte qui résulte de ces incendies a des conséquences importantes sur la biodiversité, le climat et l’économie.
    • Exploitation illégale et non durable : l’exploitation illégale se produit dans tous les types de forêts sur tous les continents, du Brésil à l’Indonésie, détruisant la faune et la flore, en supprimant les moyens de subsistance des communautés et en faussant le commerce. Le bois récolté illégalement se retrouve sur les principaux marchés de consommation, tels que les États-Unis et l’Union européenne, qui alimentent davantage le cercle vicieux.
    • Récolte de bois de feu : la surexploitation à des fins domestiques ou pour le commerce du charbon de bois endommage considérablement les forêts.
    • Exploitation minière : l’impact de l’exploitation minière sur les forêts tropicales augmente en raison de la demande croissante et des prix élevés des minéraux s’y trouvant. Les projets miniers s’accompagnent souvent de construction d’infrastructures majeures, telles que des routes, des lignes de chemin de fer et des centrales électriques, exerçant une pression supplémentaire sur les forêts et les écosystèmes d’eau douce.
    • Changement climatique : la perte de forêts est à la fois une cause et un effet de notre changement climatique. Celui-ci peut endommager les forêts, par exemple en asséchant les forêts tropicales humides et en augmentant les dommages causés par les incendies dans les forêts boréales. À l’intérieur des forêts, le changement climatique nuit déjà à la biodiversité, une menace qui est susceptible de s’accroître.

    3. Quels sont les effets de la déforestation ?

    • Menace pour la biodiversité : 80% des animaux et des plantes terrestres (non-aquatiques) de la planète vivent dans les forêts. La destruction humaine des forêts met en danger des écosystèmes entiers, créant des déséquilibres mettant la vie des animaux et des humains en danger.
    • Les moyens de subsistance des individus : environ 1,6 milliard de personnes sur terre, dont 1 milliard sont parmi les plus pauvres, dépendent des forêts pour leur survie en chassant et en récoltant des produits bruts pour leurs processus agricoles à petite échelle.
    • Insécurité alimentaire : dans un futur proche, le manque de sols sains et nutritifs entraînera une insécurité alimentaire. Déjà plus de la moitié des terres utilisées pour la production alimentaire sont affectées par l’érosion des sols. Selon un haut fonctionnaire de l’ONU, si les taux actuels de dégradation se poursuivent, toutes les terres végétales du monde pourraient disparaître d’ici 60 ans. Générer trois centimètres de terre végétale prend 1000 ans.
    • Érosion du sol : la déforestation affaiblit le sol, laissant la zone plus vulnérable aux catastrophes naturelles telles que les glissements de terrain et les inondations.
    • Effet de serre : les arbres contribuent à l’atténuation des émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, mais ils deviennent des sources de carbone une fois qu’ils sont coupés, brûlés ou autrement éliminés. On estime que la déforestation est responsable d’environ 20% des émissions de gaz à effet de serre et que 1,5 milliard de tonnes de carbone sont libérées chaque année par la déforestation tropicale.

    4. Quel effet la déforestation a-t-elle sur la biodiversité ?

    La biodiversité stimule la productivité des écosystèmes et garantit la durabilité naturelle de toutes les formes de vie. Les forêts tropicales couvrent 6% de la surface de la Terre mais abritent près de 50% des espèces végétales et animales. Des scientifiques ont estimé qu’il existe 390 900 espèces végétales connues dans le monde. L’Amazonie à elle seule compte 80 000 de ces plantes dont plus de 40 000 espèces jouent un rôle essentiel dans la régulation du climat mondial et le maintien du cycle de l’eau local. De plus, plus de 25% des médicaments anticancéreux utilisés dans le monde sont dérivés de ces plantes de forêts tropicales.

    L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture déclare dans un rapport récent que près de 20% de la forêt tropicale a été perdue en raison de la déforestation. En outre, la Liste rouge de l’UICN révèle que 35 765 espèces animales sur 128 918 sont au bord de l’extinction au 21ème siècle. La faune mondiale de mammifères, d’oiseaux, de poissons, d’amphibiens et de reptiles a chuté en moyenne de 68% entre 1970 et 2016 en raison de la déforestation.

    5. Qu'est-ce que la résilience face aux changements climatiques et la résilience urbaine ?

    Selon la Resilience Alliance, la résilience face aux changements climatiques est la capacité d’un système socio-écologique à absorber ou à résister aux perturbations, en l’occurrence au climat, de sorte que le système naturel reste dans le même état. Il décrit la mesure dans laquelle le système est capable d’auto-organisation, d’apprentissage et d’adaptation. En outre, la résilience urbaine est la capacité des systèmes naturels, des entreprises, des institutions, des communautés et des individus d’une ville à survivre, s’adapter et se développer, quelles que soient les tensions et les chocs qu’ils subissent.

    6. Qu'est-ce que Cities4Forests ?

    Cities4Forests est une initiative qui vise à améliorer le soutien politique, social et économique des administrations municipales et des habitants urbains. C’est la seule plate-forme mondiale qui relie les villes aux forêts situées à l’intérieur de leurs frontières, ainsi qu’aux forêts avoisinantes et aux forêts lointaines. Un point central est d’intégrer les forêts dans les plans de développement des villes, avec l’aide du World Resources Institute, REVOLVE et Pilot Projects Design Collective. Cities4Forests sensibilise les citoyens des villes membres à reconnaître l’importance des forêts et des arbres pour le bien-être humain. Le projet cherche à stimuler la conservation, la gestion et la restauration des forêts. Les villes membres du projet ont accès à des outils spéciaux, des bases de données et une assistance technique dans le cadre d’un réseau d’échange entre pairs. Les villes reçoivent un soutien pour mener des analyses pour identifier les problèmes, quantifier les avantages et prioriser les actions. Cities4Forests fournit également un renforcement des capacités financières, une aide à la recherche de donateurs (et assiste le jumelage), et enfin, les villes participantes reçoivent un dossier de communication sur l’engagement des citoyens mettant en évidence les meilleures pratiques de la ville.

    Cities4Forests est financé par l’Initiative Internationale pour le Climat et les Forêts de la Norvège (IICFN), la Fondation FEMSA et le Département britannique de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (Defra).

    7. Quelle restauration des écosystèmes et pourquoi est-elle importante ?

    Selon l’UICN, de nombreux écosystèmes ont subi une dégradation importante avec des impacts négatifs sur la biodiversité et les moyens de subsistance des populations. Il n’est pas possible de conserver la biodiversité de la planète seulement en protégeant les zones critiques, c’est pourquoi la restauration est une solution évidente et inévitable. La restauration des écosystèmes est le « processus d’aide à la restauration d’un écosystème qui a été dégradé, endommagé ou détruit ». Pour exprimer ceci en chiffres, la restauration de l’écosystème d’un terrain de 350 millions d’hectares de sols dégradés d’ici 2030, pourrait éliminer 13 à 26 gigatonnes de gaz à effet de serre de l’atmosphère et générer 9 000 milliards USD de services écosystémiques.

    8. Qu'est-ce que la Liste rouge des écosystèmes de l'UICN et comment fonctionne-t-elle ?

    La Liste rouge de l’UICN des catégories et critères d’écosystèmes (LRE) est une norme mondiale pour évaluer l’état des écosystèmes et peut être appliquée aux niveaux local, national, régional et mondial. Ces catégories et critères permettront à terme d’identifier les zones les plus dégradées, et ainsi nous permettront de mieux orienter les efforts de restauration et les efforts de conservation.

    À ce jour, les catégories et critères RLE ont été appliqués à plus de 3000* écosystèmes couvrant six continents et trois océans.

    * Marcos Valderrabano, Responsable du programme UICN Liste rouge des écosystèmes a déclaré dans un email à REVOLVE du 23 février 2021 une mise à jour de 50 écosystèmes sur le site Web de l’UICN à 3000 écosystèmes à ce jour.

    9. Quels sont les bénéfices pour la santé de la présence des espaces verts et des forêts urbaines ?

    Les bénéfices fournis par les écosystèmes sont : la nourriture, l’eau, le bois, la purification de l’air, la formation du sol et la pollinisation. Pour des informations plus détaillées sur les avantages énumérés dans une étude récente de la Commission européenne, nous vous invitons à lire cet article. Plus directement, cette recherche démontre que la santé physique et psychologique des êtres humains est améliorée par la nature. Par exemple, il a été démontré que l’accès aux espaces verts dans les villes est corrélé à la longévité de vie, au rétablissement après une chirurgie, à la réduction du stress et à la santé mentale, qui se traduisent tous par un plus grand bien-être. En outre, il a également été démontré que les espaces verts dans les zones urbaines influent positivement sur la cohésion sociale en fournissant un lieu de rencontre où les utilisateurs développent et maintiennent des liens de voisinage, ce qui se traduit par une meilleure santé mentale individuelle et le bien-être général des communautés.

    10. Quelles sont les 10 règles d'or du reboisement ?

    Alors que les initiatives de plantation d’arbres se multiplient au niveau mondial, des scientifiques des Royal Botanic Gardens, Kew (RBG Key) et Botanic Gardens Conservation International (IBGI) ont publié un article décrivant 10 règles d’or https://www.bgci.org/news-events/Scientifiques-Lay-out-10-Golden-Rules-for-Restoring-Forests/ de la restauration des forêts. Les règles visent à guider les initiatives de reboisement et de plantation d’arbres pour assurer une meilleure conservation de la biodiversité, l’atténuation du changement climatique et la restauration des écosystèmes et pour éviter toute conséquence négative derrière des programmes bien intentionnés.

    1. Protéger d’abord les forêts existantes : avant de planifier le reboisement, chercher toujours des moyens de protéger les forêts existantes, y compris les forêts anciennes et secondaires, dégradées et plantées.
    2. Travailler ensemble : impliquer tous les partis et intégrer la population locale au projet. Viser à maximiser la récupération de la biodiversité pour atteindre de multiples objectifs : la restauration de la biodiversité facilite d’autres objectifs – séquestration du carbone, services écosystémiques et avantages socio-économiques.
    3. Viser à maximiser la récupération de la biodiversité pour atteindre de multiples objectifs à la fois : la restauration de la biodiversité facilite d’autres objectifs – séquestration du carbone, services écosystémiques et avantages socio-économiques.
    4. Sélectionner les zones appropriées pour le reboisement : éviter les terres non boisées auparavant, connecter ou agrandir la forêt existante et être conscient du déplacement des activités qui entraîneront la déforestation ailleurs.
    5. Utiliser la régénération naturelle dans la mesure du possible : la régénération naturelle peut être moins chère et plus efficace que la plantation d’arbres là où les conditions du site et du paysage sont appropriées. Planifier à l’avance.
    6. Sélectionner des espèces afin de maximiser la biodiversité : planter un mélange d’espèces, donner la priorité aux espèces indigènes, favoriser les interactions entre celles-ci et exclure les espèces envahissantes.
    7. Utiliser du matériel végétal résistant : obtenir des semences ou des semis présentant une variabilité génétique et une provenance appropriée pour maximiser la résistance de la population de la flore.
    8. Planifier à l’avance l’infrastructure, la capacité et l’approvisionnement en graines : de la collecte des semences à la plantation d’arbres, développer l’infrastructure, la capacité et le système d’approvisionnement en semences nécessaires bien à l’avance, s’ils ne sont pas disponibles à l’extérieur. Suivre toujours les normes de qualité des semences.
    9. Apprendre en agissant : baser les interventions de restauration sur les meilleures preuves écologiques et les connaissances autochtones. Effectuer des essais avant d’appliquer des techniques à grande échelle. Surveiller les indicateurs de succès appropriés et utiliser les résultats pour une gestion adaptative.
    10. Rendre le reboisement lucratif : développer des flux de revenus diversifiés et durables pour une gamme de parties prenantes, y compris les crédits de carbone, les PFNL, l’écotourisme et les services de bassin versant commercialisables.

    Faits et Chiffres

    Cette section présente des faits et chiffres provenant de diverses sources sur chacun des quatre sujets interdépendants : la résilience urbaine aux changements climatiques, la Journée internationale des forêts 2021, la déforestation et la restauration des écosystèmes.

    Faits sur la résilience urbaine aux changements climatiques

    • La résilience urbaine au changement climatique décrit une ville résiliente à trois niveaux:
      • les systèmes de la ville survivent aux chocs et aux stress;
      • les personnes et les organisations peuvent intégrer ces contraintes dans leurs décisions quotidiennes;
      • les structures institutionnelles de la ville continuent de soutenir la capacité des personnes et des organisations à atteindre leurs objectifs. (ADB)
    • L’eau qu’un seul arbre produit quotidiennement a un effet rafraîchissant équivalent à deux climatiseurs domestiques par jour (Ellison et al.2017)
    • 200 millions de personnes dans le monde vivront sous le niveau de la mer d’ici 2100. La plupart des personnes touchées vivraient en Chine : 43 millions de personnes. En Europe, ça sera 4 millions de Néerlandais. (Statista)
    • D’ici 2025, l’Asie abritera 33 des 49 mégapoles du monde. Cette urbanisation rapide a des conséquences à la fois pour les habitants et pour l’environnement, poussant ces derniers vers des modèles de consommation et de production non durables pour les années à venir (GlobalData & UNESCAP)
    • Les pays des régions pauvres en eau connaîtront une baisse de 6% de leur PIB (produit intérieur brut) en raison du changement climatique d’ici 2050 (Banque mondiale).

    Faits liés à la Journée internationale des forêts 2021

    • La forêt amazonienne abrite plus de 80 000 espèces végétales. En tant que plus grande “pharmacie du monde”, 25% de tous les médicaments anticancéreux utilisés aujourd’hui proviennent de plantes de la forêt tropicale. Plus de 120 remèdes naturels sont disponibles pour le traitement du cancer (Global Resolutions)
    • Toutes les 48 heures, nous perdons une zone forestière de la taille de la ville de New-York (Global Citizen)
    • Près d’une épidémie sur trois est liée à des changements d’utilisation des terres comme la déforestation, alimentant la propagation de maladies vectorielles et zoonotiques telles que Covid19 (Ecohealth Alliance)
    • L’Asie abrite environ 60% des peuples indigènes du monde, ceux-ci possèdent une précieuse connaissance de la terre, mais aucun de ces peuples n’est inclus dans la politique de résilience aux changements climatiques. (Université nationale de Singapour)

    Faits sur la déforestation

    • La déforestation est considérée comme l’un des problèmes d’utilisation des terres les plus urgents au monde. Plus d’un milliard de personnes dépendent des forêts pour leur survie. (World Resources Institute)
    • Jusqu’à 28 000 espèces peuvent disparaître au cours du prochain quart de siècle en raison de la déforestation. Cette estimation est toujours présente en 2021 (Reid, 2012).
    • Environ 80% de la déforestation est causée par l’agriculture. La plus grande cause directe de la déforestation tropicale est leur transformation en terres cultivées et en pâturages pour répondre aux besoins quotidiens (NASA Earth Observatory)
    • À cause de l’agriculture et de la déforestation, la moitié de la terre végétale s’est érodée au cours des 150 dernières années (WWF)

    Faits sur la restauration des écosystèmes

    • Mettre un terme à la dégradation des systèmes naturels et promouvoir leur restauration pourrait contribuer à plus d’un tiers du total des efforts nécessaires pour combattre le changement climatique, action que les scientifiques jugent nécessaire d’ici 2030. (UICN)
    • L’augmentation de 25% de la couverture forestière mondiale pourrait aspirer et transformer jusqu’à 205 gigatonnes de carbone (Bastin et al.2019).
    • Les forêts sont essentielles au cycle de l’eau comme, en moyenne, au moins 40% des précipitations sur les terres proviennent de l’évapotranspiration des forêts (processus de transfert d’humidité de la terre vers l’atmosphère par évaporation de l’eau et transpiration des plantes). Dans certains endroits, comme le bassin du Rio de Plata, la forêt amazonienne contribue à plus de 70% des précipitations naturelles (Ellison et al.2017).
    • En raison de la modification humaine des forêts, seulement 40% des forêts restantes peuvent être classées comme ayant une intégrité écosystémique élevée. (Grantham, Duncan et Watson, 2020)
    • La restauration de l’écosystème sur une superficie de 350 millions d’hectares de terres dégradées pourrait éliminer 13 à 26 gigatonnes de gaz à effet de serre de l’atmosphère d’ici 2030 et générer 9 000 milliards USD de services écosystémiques. (PNUE)

    Lectures et sources recommandées

    This section presents a selection of already published articles, data sets and reports which we found useful.

    Experts To Interview

    Dr. Elvis Paul N. Tangem
    Coordinator of Great Green Wall for the Sahara and the Sahel Initiative (GGWSSI) for the Africa Union

    Tadashi Matsumoto
    Head of Sustainable Urban Development Unit, OECD

    Nicole Polsterer
    Sustainable Consumption and Production Campaigner at Fern NGO

    Tim Christophersen
    Head, Nature for Climate Branch – Ecosystems Division, UNEP

    Marcos Valderrabano
    Programme Manager, Red List of Ecosystems, IUCN

    More info

    The GGWI is a Pan African flagship programme aimed at resilience building in the Dry lands of Africa through a mosaic of sustainable land management, restoration and sustainable economic development projects. Dr. Tangem has a solid academic background in the fied of ecology & management from intenrationally recognized universities.

    More info

    Although Mr. Matsumoto academic background is mainly in the area of wireless mobile communications, in general, his highest focus has been given to the research on iterative (Turbo) processing for equalization and multi-user detection in broadband mobile communications and information theoretic convergence property analysis of the techniques for the last 5 years at OECD.

    More info

    Nicole Polsterer is Fern’s campaigner on Sustainable Consumption and Production patterns. Fern is a non-governmental organisation aimed at making the EU work for forests and people, who depend on them. Prior to joining Fern, Nicole has mainly worked for the United Nations in different capacities in Brussels, New York and Paris. For the United Nations Environment Programme she coordinated the Global Outlook on Sustainable Consumption and Production Policies. Her other work experience includes leading a team of researchers at Sustainable Europe Research Institute in Vienna. Her focus areas were product environmental footprints and related business advisory services. Nicole’s desire to effectively communicate complex policy issues to a wider audience led her to pursue documentary filmmaking. Nicole holds Master’s degrees in Business Administration and Economics as well as International Management from the Community of European Management Schools and postgraduate diplomas on International Development and Peacekeeping from the United Nations University. Nicole speaks German, English, French and Spanish.

    More info

    Coordinator of the Freshwater, Land and Climate Branch at UN Environment (UNEP), the UN Development Programme (UNDP) and UNEP to reduce deforestation in developing countries. He is a German national and holds a Master’s degree in forest engineering and conservation from Dresden University of Technology.

    More info

    He has worked for IUCN Centre of Mediterranean Cooperation since 2010. As Ecosystem Programme Officer of IUCN MED he coordinate projects on terrestrial ecosystem management covering a wide range of conservation challenges including protected area management, climate change adaptation, landscape restoration, community management and governance and Important Plant Areas.

    Ashleigh Brown
    Camp Coordinator and Co-founder of Ecosystem Restoration Camps

    Terra Virsilas
    Inner Forests Manager, WRI

    Todd Gartner
    Director and Nearby Forests Manager, WRI

    Frances Seymour
    Co-Founder, Cities4Forests

    Jean-François Bastin
    Associate Professor at Gembloux Agro-Bio Tech, Research Fellow NASA Jet Propulsion Laboratory

    More info

    She has worked across the world in various contexts over the past eight years, training librarians across Africa, before setting up Ecosystem Restoration Camps in 2017. She lived at the first camp in Spain for a year, before setting up a camp in Mexico and supporting the creation of camps in other parts of the world.

    More info

    Mrs. Virsilas is the Cities4Forests Inner Forests Manager at the World Resources Institute and the focal point for engagement with Baltimore, Honolulu, Los Angeles, Philadelphia, and Washington, DC. She contributes to research products on policy, design, and governance related issues at the intersection of urban forestry and integrated urban planning. She is certified in green infrastructure construction, inspection and maintenance with degrees in e.g. environmental planning.

    More info

    He is the Cities4Forests Director and the Nearby Forests Manager at the World Resources Institute. He is the focal point for engagement and leads a multidisciplinary team with a mission to better conserve, manage and restore forests, working landscapes, urban green infrastructure, and other ecosystems. He his Master of Forestry degree from the Yale School of Forestry and Environmental Studies and a B.S. in finance from the University of Maryland’s Smith School of Business.

    More info

    She is a co-founder of Cities4Forests and a Distinguished Senior Fellow at the World Resources Institute. Seymour conducts research and writing on forest and governance issues and advising WRI leadership on major initiatives. Seymour is one of the world’s foremost authorities on sustainable development whose extensive research, leadership and management experience has given her a deep understanding of the environment-related opportunities and challenges facing developing countries.

    More info

    He is an ecologist and a geographer using remote sensing to study the relationship between global change and terrestrial ecosystems (Global Change Ecology). Taking the most of the information from the ground and from space, he developed applied research to better understand the role of vegetation in the global carbon cycle and to address climate change issues through the development of ecosystem restoration strategies.

    Press Releases

    Visuals

    Cities4Forests prepared the following visuals for you to use in your reporting with a focus on the health benefits of forests to people and cities. Why? Because health and well-bring is one of the 4 main themes of Cities4Forests and because the theme of the 2021 International Day of Forests (21 March) is “a pathway to recovery and well-being” which is all about health.